Partition : Six pièces de Maria Carl Weber arr. de Gérard Chenuet - Quatuor de Clarinettes
Partition : Six pièces

 

 

Feuilleter
 

Titre(s) : Six pièces
Auteur(s) : Maria Carl Weber
Arrangement : Gérard Chenuet
Formation : Quatuor de Clarinettes
Niveau :  Moyenne difficulté
Partition principale : 17 pages
Parts : 4 (26 pages)
Format : 23 x 31 cm
Dépot légal : Novembre 2008
Cotage : AEM-49
Disponibilité : en stock, envoi immédiat
Partition principale : 13.13 €
4 parties séparées : 17.55 €
  Partie séparée optionnelle :
 Basson : 4.39 €
( Basson remplaçant la clarinette basse)
Weber est un de ces compositeurs dont le nom est associé à la clarinette. Au moment de l’essor de cet instrument, il lui a en effet consacré une œuvre abondante et notamment deux concertos. Mais surtout, je pense que Weber a découvert dans la clarinette un instrument en adéquation avec son expression artistique. La présente transcription est fondée sur cette idée. Toutes les phrases chantées de cette œuvre sonnent avec beaucoup de naturel. D’autre part, le travail de transcription a consisté en une « mise en quatuor » de cette œuvre originale pour piano à quatre mains. Très souvent, l’œuvre est fondamentalement écrite à quatre parties, mais certaines formules d’accompagnement demandent un léger remaniement. De plus, la vaste tessiture du piano oblige à un resserrement dans un ambitus proche de celui du quatuor à cordes. Les accords fournis doivent aussi être recomposés à quatre parties. La clarinette bénéficie d’une tessiture exceptionnellement longue, si bien qu’elle peut jouer dans les registres du violon et de l’alto. On peut donc lui confier les trois parties supérieures, mais la partie grave, dans le registre du violoncelle demande une clarinette basse ou un basson. Le basson est encore un instrument mis à l’honneur dans l’œuvre de Weber. Sa sonorité fusionne parfaitement avec le timbre de la clarinette. C’est pourquoi les compositeurs d’orchestre ont souvent associé ces instruments pour une sonorité homogène. À la fin de sa vie, Weber a effectué d’autres versions des pièces op. 3, ce qui indique bien toutes leurs potentialités de transcription. Dans cette adaptation pour clarinettes, j’ai choisi de les transposer un ton plus bas en si bémol. Cet ensemble complet de six pièces peut se jouer à quatre musiciens, ou en multipliant les pupitres sur une même partie. L’ensemble peut aussi être fragmenté (l’idée première de cette transcription était pédagogique), cependant, l’expression de la musique de Weber, toujours talentueuse, peut permettre d’intégrer cette transcription dans une programmation de concert.