Partition : Quatre ballades III. Der Wassermann de von Alexander Zemlinsky (arr. de Gérard Chenuet) - [Flûte Alto Harpe]
Partition : Quatre ballades III. Der Wassermann

 

 

 

Titre(s) : Quatre ballades III. Der Wassermann
Auteur(s) : von Alexander Zemlinsky
Arrangement : Gérard Chenuet
Formation : [Flûte Alto Harpe]
Niveau :  Moyenne difficulté
Partition principale : 12 pages
Parts : 3 (24 pages)
Format : 24 x 31 cm
Dépot légal : Septembre 2018
Cotage : AEM-200
Disponibilité : en stock, envoi immédiat
Partition principale : 10.08 €
3 parties séparées : 17.22 €

Der Wassermann (L'Ondin), Poème de Justinus Kerner

Le cycle pour piano, « Vier Balladen » de Zemlinsky, est une oeuvre de jeunesse datant de la fin du xixe siècle. En dehors de l’intermezzo final, trois pièces retiennent un poème en forme de ballade dont elles restituent le climat et l’essentiel des étapes narratives. Le poème « Der Wassermann » de Justinus Kerner relate le rapt d’une jeune fille par l’Ondin au bord de la rivière Neckar. La musique, à l’harmonie chromatique issue de Wagner animée d’un mouvement berceur à trois temps, décrit avec un charme troublant la danse des jeunes filles, délicate et gracieuse.

La seconde partie annonce la présence menaçante de l’Ondin ; la dimension dramatique est initiée par le développement de deux nouveaux motifs inquiétants, celui de la profondeur de l’eau et celui de la fatalité du destin de la jeune fille. Quelques bribes du thème de la danse des jeunes filles résistent à la force des éléments avant le retour du calme initial, une fois les eaux refermées sur le passage de l’Ondin et de sa proie. La pièce s’achève sur le souvenir de la danse des jeunes filles.

On découvre dans cette pièce des contrastes qui amènent les trois instruments dans des revirements saisissants : la harpe peut faire sonner des basses profondes comme le fleuve, la flûte va loin dans sa palette sonore pour incarner l’effroi et la détresse de la jeune fille, et l’alto clot l’énigme de ce sortilège. Käferlied, autre pièce pour piano de Zemlinsky inspirée par un poème de Richard Dehmel, a été également transcrit pour flûte, alto et harpe par Gérard Chenuet et est disponible chez le même éditeur. Afin de parvenir à trouver une écriture spécifiquement adaptée à la harpe, j’ai été conseillé par Véronique Chenuet, harpiste du Trio Mélusine et dédicataire de cette transcription. Le Trio Mélusine a enregistré Der Wassermann et Käferlied de Zemlinsky, aux côtés d’oeuvres de Bridge, De Falla, Mel Bonis et Nazareth, dans un CD consacré à mes transcriptions.

Gérard Chenuet

Extrait de Der Wassermann par le TRIO MELUSINE